image #1 image #2 image #3 image #4 image #5 image #6 image #7 image #8 image #9 image #10 image #11 image #12 image #13 image #14 image #15 image #16 image #17 image #18 image #19 image #20 image #21 image #22 image #23 image #24 image #25 image #26 image #27 image #28

Sabrina Libre du Collège Henry Dunant (Nord) témoigne

La gestion des aides dans mon collège est vraiment facile et permet une approche indiscutablement souple, sociale et rigoureuse...

Le proviseur du lycée de Presles à Cusset
Sophie MORIN : Le module “Gestion des fonds sociaux” de TURBO–Self répond-il à une préoccupation forte dans votre établissement (collège Henri Dunant - 59) ?

Sabrina LIBRE : Bien entendu, lorsque des fonds sociaux sont mis en place pour permettre d'assurer le repas des enfants de certaines familles en difficulté, il faut pouvoir accorder, retirer ou moduler l'aide en fonction des ressources des parents, suivre avec précision l'utilisation de ces fonds, conserver la mémoire de ce qui a été fait, préserver la dignité des enfants, éventuellement maintenir le paiement d'une partie symbolique du prix du repas.

S. M. : Quel intérêt peut y trouver la famille ?

S. L. : Si un élève quitte l'établissement, la famille est immédiatement remboursée. En effet, on sait à tout instant et exactement quoi rembourser car tout est bien séparé, l'argent versé par la famille d'une part et les aides accordées aux repas d'autre part. Il devient, par exemple, inutile de déduire du solde de l'élève les éventuelles aides au repas qui auraient pu être versées et non utilisées.

S. M. : L'utilisation de ce module “Gestion des fonds sociaux” est-elle facile ?

S. L. : Bien entendu, il est très facile à utiliser. J'ajouterais que l'enregistrement des données reflète mieux la réalité et - en conséquence - la procédure pour enregistrer une aide devient naturelle. D'autre part, vous êtes parfaitement guidé dans la saisie d'une aide au repas accordée à un élève (montant de l'aide, source de l'aide,...), ce qui permet de conserver une approche comptable rigoureuse dont on profite pleinement au moment d'éditer les états comptables. Chaque état comptable édité en fin de mois ou de trimestre vous donne une synthèse très précise de l'utilisation d'un fonds social.
Et puis, vous pouvez à tout moment retirer, modifier ou ajouter une aide à un élève, le logiciel notera scrupuleusement la date à laquelle cette aide a été retirée, modifiée ou accordée.

Lorsque l'on gère des aides aux repas sans utiliser le module de gestion des fonds sociaux, tout se passe bien au début de l'année scolaire, c'est-à-dire tant que l'on se contente d'encaisser l'argent des familles consacré au paiement des repas et de verser de temps en temps une aide de 20 ou 30 € à un élève. En revanche, la situation commence à se compliquer lorsque vous devez rembourser un “reste dû” à une famille et que de multiples opérations courantes ont été effectuées pendant le trimestre : argent versé par la famille, versement d'une ou plusieurs aides (par exemple de 20 € ), débit des repas et si, en plus, une augmentation du tarif du repas est intervenue, l'exercice peut se révéler très laborieux.

S. M. : Ce module ouvre-t-il des possibilités dans la gestion des aides au repas ?

S. L. : Oui, car j'ai pu mettre en place dans mon établissement plusieurs aides au repas différentes et sans que cela soit compliqué à gérer. Je vous donne un exemple :
Le prix du repas est dans mon établissement de 2,49 € en 2005.
J'applique 3 aides au repas possibles : 1,70 € pour les élèves les plus aidés, 1,30 € et 0,80 € pour les autres élèves aidés. Les élèves les plus aidés paient donc 2,49 - 1,70 = 0,79 €.
Chacune de ces 3 aides au repas peut provenir - suivant le domicile des parents - soit de l'aide aux repas cantine, soit de l'aide du département (le Nord) car j'accueille des élèves de deux départements ayant des régimes d'aide différents.
Pour les situations difficiles, j'ai mis en place une aide de l'État en complément de l'aide à 1,70 €.
Et je vous confirme que, malgré une éventuelle impression de complexité, la gestion des aides dans mon collège est vraiment facile et permet une approche indiscutablement souple, sociale et rigoureuse de la gestion de l'hébergement.
Enfin, ce module permet au collège de maintenir une petite participation, même symbolique, au paiement du repas. Il est, par exemple, possible d'aider la famille à hauteur de 95 % du prix du repas (soit une aide de 2,34 € sur les 2,49 € du tarif élèves DP) et de demander à la famille de s'acquitter de 0,15 € par repas. Je pense que c'est une bonne chose que la famille reste redevable d'une partie même symbolique du prix du repas.


Responsable de publication : Alexandre Iliev
Hébergement du site : ADS-COM - www.ads-com.fr